En quête d’innocence

Il vaut mieux avoir vu le film pour lire cet article.

B393Park Chan-Wook aime la violence et prend, visiblement, un certain plaisir à la mettre en scène. Toutefois, même lorsqu’elle déclenche le rire, elle ne semble jamais aussi gratuite que chez Tarantino (seul Reservoir Dogs ne se complaît pas dans le bain de sang gratuit). En 2002, il entreprend une intrigante trilogie sur la vengeance, soulignant sa triste incapacité à apaiser les âmes. Après le déroutant Sympathy for Mr Vengeance, et l’horrible Old Boy, le dernier opus, intitulé Sympathy for Lady Vengeance, sort en 2005. Moins bien accueilli par la critique que ses deux aînés, le film s’avère pourtant le plus réussi de cette saga. Formellement moins maîtrisé, sans doute plus brouillon, la puissance émotionnelle est pourtant décuplée, et le message du réalisateur teinté d’une mélancolie toute particulière sur la perte de l’innocence.

Lire la suite