Ton frère

Quelque part, tu es à moi. Ou bien tu es comme moi. Quelle différence ? Je suis à toi aussi. Je suis comme toi aussi. Il me semble que ce que tu ressens je le vis, et ce que je vis tu le ressens. Lorsque nos regards se croisent, les pensées s’envolent. Je comprends ce qui se trame dans ton cerveau. Tu perçois la moindre de mes réflexions. Les paroles qui ne tarissaient jamais entre nous sont devenues inutiles. Un geste, un soupir, ou le silence. Et je sais. Et tu sais. Du moins, cela avait toujours été.

Lire la suite

Jour de fête

20180615_125252[1]

La chaleur du soleil s’étend sur le lit et me tire du sommeil.

Les fleurs embaument le logement, elles pressentent l’échappée belle.

Dans quelques instants, son sourire épanoui et ses yeux qui pétillent répondront à son rire à lui et l’éclat de ses prunelles enjouées.

Quelques jours en suspens, pour célébrer l’union de cet être chéri, cette fillette qu’autrefois j’appelais jumelle et qui est si grande aujourd’hui.

En attendant les embrassades émues et les larmes joyeuses que l’on essuiera vite, une vive émotion de tendresse accompagne ce jour de fête.

© Béryl Huba-Mylek

Déja vu

Les chansons populaires s’enregistrent dans les salles vides de notre esprit ; lorsque le silence tombe dans la tortueuse demeure de nos cervelles, elles se réveillent, de leurs paroles entêtantes mais réconfortantes emplissent notre néant des souvenirs qui s’animent, tirés de leurs lits tranquilles.

Lire la suite