L’amour fou

On ne pouvait pas vivre et être amoureux. Il fallait être amoureux, il fallait n’être qu’amoureux. On ne pouvait plus se souvenir tout à coup qu’on avait faim ou soif, on n’était plus un être humain biologique soumis aux lois corporelles mais une essence, l’essence même de l’amour, non, l’essence de l’autre, l’essence de l’être aimé, particulier, unique. Cet amour-là n’a jamais été, c’est une évidence, c’est un bouleversement si fort qui anéantit tout ce qu’on a été, on n’est plus que pour l’autre, la vie s’arrête, la vie n’est plus, il n’y a plus de vie, il n’y a que le sentiment amoureux, la pensée de l’être aimé, l’attente, toujours, et en sa présence, un besoin de se perdre, de disparaître là, de ne plus jamais sortir de cet instant, et tout le reste n’existe que pour ce moment-là, ces quelques heures (parfois des heures, oui !) passées avec lui, et quand la fin approche, une seule certitude, un seul espoir : cela reviendra. Je vais attendre encore de vivre, de vivre pour être là, avec lui, pour être celle qu’il aime, celle à qui il parle, celle qu’il regarde, et qu’il soit celui que j’aime, celui à qui je parle, celui que je regarde, et quand je suis avec lui, je n’ai plus de corps tellement je suis légère, je n’ai jamais été aussi libre, je n’ai jamais vécu avant puisque je n’étais pas amoureuse, puisque je ne vivais pas pour lui, pour ce moment, pour ce regard, pour toi, toi que j’aime, toi dont je suis amoureuse, toi qui m’as enfermée dans ce temps où je me perds, où je ne suis plus qui j’étais, après ce temps je ne serai jamais, jamais plus qui j’ai été, je serai une survivante, une survivante de cet amour, une rescapée, voilà, une rescapée de l’amour, comme il y en a tant et tant, de tels rescapés, qui croient qu’ils sont nés pour cela, pour cet amour-là, cet exceptionnel être-là, ces rescapés qui tout à coup imaginent que l’on peut ne vivre que de ça, qui oublient qu’ils continuent de manger, de boire, de dormir, qui pensent n’être plus qu’amour, plus que l’autre qu’ils ne connaissent même pas, qui se convainquent que même si tout le monde en parle personne ne l’a jamais vraiment vécu, parce que personne ne peut vivre aussi intensément que cela, personne ne peut vivre cela et s’en remettre, personne ne peut vivre cela et continuer de vivre, non de vivoter, d’aller faire ses courses au supermarché, de prendre des rendez-vous chez le médecin ou chez le dentiste, de rendre visite à sa famille, à ses amis, ça n’existe pas, c’est impossible, c’est la première fois que je, qu’elles et qu’ils expérimentent vraiment, totalement, pour de vrai cet amour, parce qu’un tel bouleversement c’est impossible qu’il arrive si fréquemment, qu’il soit vécu par autant d’êtres humains actuellement en vie et encore moins par tous ceux qui sont morts maintenant, un seul bouleversement comme cela change non pas une vie mais le monde, car c’est le monde qui a changé de trajectoire tout à coup, le Soleil et la Lune ne sont plus les mêmes, je suis autre et c’est impossible que nous soyons tous autres et que tous, tous, nous finissions par continuer de vivre et ne plus être amoureux comme cela, comme là, dans cet instant où tu me regardes, et je te regarde, alors que c’est là, finalement, en t’aimant, en m’effaçant, en m’oubliant, que je meurs. 

© Béryl Huba-Mylek

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s