Les ombres errantes

Alexandre, l’an dernier, à l’opéra de Versailles, tu as joué pour une poignée de personnes, dans une ambiance feutrée, presque intimiste, une musique qui me parut bien triste. Une ombre sur moi se portait, et ton talent lors de notre huitième rencontre ne put tout à fait me tirer de la peur qui me tenait. 

Nos retrouvailles la semaine passée m’ont enchantée, comme tu étais libre ce soir-là, tu t’amusais, conviant sous tes doigts les accords de tes compositeurs chéris. Nous glissions avec toi, de la tristesse à la joie ; ta gestuelle, tantôt grave, tantôt légère, suivait le mouvement des larmes et des sourires, parfois même des tendres rires comme murmurés pour ne point te déranger.

Frêle figure, éternel jeune homme à la voix étrange mais si touchante, quel cadeau ce fut de t’entendre, comme la musique apaise. Elle passe sur nous et dénoue dans un flot continu d’émotions les noeuds les plus serrés.

Dernier présent ce soir-là, le chant angélique de Devieilhe. Quelques notes envolées dans la Philarmonie silencieuse, sobre messe religieusement écoutée, certains étaient déjà levés, pourtant la force de cette prière fragile les tint à nos côtés.

Toujours les ombres errent, mais tu sais les chasser sous une pleine lumière. Et lorsqu’elles s’accrochent à tes souliers, tu les apprivoises d’un pur phrasé. Je reviendrai célébrer ce délicat équilibre entre obscurité et clarté.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s