Loufoque voyage anglais

Capture-d’écran-2015-01-16-à-14.07.38

Voyages avec ma tante est un des derniers romans de Graham Greene. Nicolas Briançon, amateur de théâtre anglais et grand amoureux de Shakespeare, en propose une mise en scène fantaisiste qui se révèle un régal, après un Roméo et Juliette un peu bancal l’année dernière. « Less is more » semble avoir été la devise. Le décor est minimaliste, les quatre acteurs se partagent tous les rôles, et pourtant le spectateur est entraîné de Londres à Istanbul, pour atterrir finalement au Paraguay, dans un fantasque bal savamment orchestré. La transposition de Giles Havergal est assez fidèle à l’esprit de l’auteur, politiquement incorrecte et très british, même si certaines expressions paraissent plus vulgaires en français (le passage dans le train où la jeune femme disserte sur l’arrivée de ses « anglaises » n’est pas du meilleur goût).

Capture-d’écran-2015-01-16-à-14.09.49© François Berthier

L’histoire est celle d’Henry Pulling, un banquier retraité fort ennuyeux à la vie parfaitement réglée. Le jour de l’enterrement de sa mère, il rencontre sa tante Augusta, une vieille femme qui vit encore comme une jeune fille, goûte aux plaisanteries salaces et aux aventures dangereuses. Ses relations se révèlent fort peu recommandables, et l’entraînent bientôt dans un voyage à la limite de légalité, dans laquelle elle précipite son neveu. Loin de ses chères plantations de dahlias, l’existence d’Henry se transforme en polar loufoque et follement amusant.

Les acteurs mènent la danse, tous épatants dans le rôle d’Henry, et les divers personnages qu’ils incarnent. Vêtus de costumes sombres et de chapeaux melons, ils se glissent aisément d’un rôle à l’autre, changeant leur façon de parler, de bouger, attrapant ici ou là un accessoire. Le pari est risqué, il serait aisé de perdre le spectateur. Mais les transitions sont toujours parfaitement fluides, et peuvent produire de francs fous rires dans le public. Claude Aufaure s’amuse franchement en tante Augusta, caricaturant à l’outrance cette vieille femme, sans jamais juger son personnage. Il nous permet alors de nous attacher à cette vieille femme étrange et hors normes. Jean-Paul Bordes se glisse aussi bien dans la peau d’une jeune fille « stone » qu’un agent de la CIA très viril. Dominique Daguier parvient à devenir un très grand homme musclé, objet du désir de la tante Augusta.

francois berthier 2© François Berthier

Mais applaudissons bien Pierre-Alain Leleu, qui non content d’incarner une multitude de personnages secondaires, se charge également du bruitage, et devient sous nos yeux ébahis un perroquet fort convaincant, et un chien très agité ! Décor carton-pâte d’un train sur les fenêtres duquel s’affichent des photos de paysages, et quatre comédiens au sommet de leur forme, voilà tout ce qu’il faut à cet excentrique voyage pour nous transporter. La vivacité des acteurs transcende la pièce, et leurs pas de danse nous enchantent. Le plaisir sur scène est évident, et se déverse dans la salle.

Pourtant, derrière les rires, une pointe de nostalgie. Comme les bonbons anglais, il y a quelque chose d’un peu acide. La mélancolie rattrape le héros. A cinquante ans passés, il réalise qu’il n’a pas vraiment vécu sa vie. Sa vieille tante semble bien plus jeune que lui. Il prend conscience du temps qui passe, des occasions manquées. Le tempo ralenti alors, une certaine lenteur s’installe. Peut-être la pièce se fait-elle alors un peu trop « adagio ». Mais lorsque la fin du voyage arrive, et que les quatre acteurs s’avancent sur scène, nous sommes un peu tristes de devoir descendre du train.

© Béryl Huba-Mylek

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s